Le photographe

Christian Dupré est photographe et artiste en arts visuels. Depuis trente ans, il ouvre l’œil et s’attache à la lumière, il va par le monde en prélevant des images. Il expose régulièrement en Suisse et à l'étranger. Christian Dupré est membre de l'association des artistes professionnels suisse (VISARTE). Cinq projets occupent actuellement son attention: INNER LANDSCAPE sa dernière exposition (septembre 2019 à Bern) ainsi que les quatre projets: L’art et le Bouddha, Himalaya, Du ciel, Une heure au musée.

©Chrisitan Dupré Switzerland-Inner Landscape.jpg

Inner landscape

Fermez les yeux. Fermez les yeux sans cesser de voir. Il y a un monde dans cette nuit griffée de lumières. Dans cette obscurité qui grésille, il y a des paysages intérieurs. Les photographies de Christian Dupré ne cherchent pas à reproduire le visible, elles suivent les traces d’un monde évanescent. Au-delà de la réalité sensible, les images se présentent comme des souvenirs. On perçoit un éclat, des reflets, quelque chose vibre. Le tirage sur papier népalais redouble cet effet. Si bien qu’on s'interroge: est-ce encore de la photographie? N’est-ce pas autre chose? Est-ce un cliché que l’on prend? Ou l’instantané d’un monde qui se révèle spontanément? Ces paysages existent. Quelque part. Aux yeux de quelqu’un. Les vôtres peut-être.

© Christian Dupré L'art et le Bouddha 2.jpg

L'art et le Bouddha

D’abord, son travail photographique sur la statuaire rupestre. Ces deux dernières années, Christian Dupré s’est rendu à plusieurs reprises en Birmanie, sur le site archéologique de Po Win Taung. Un endroit constellé de temples, de chapelles creusées dans la roche qui racontent l’histoire du bouddhisme. Si les peintures de ce sanctuaire exceptionnel ont souvent été reproduites dans les livres, ses statues séculaires sont encore méconnues. Le photographe suisse s’attache à capter l’ambiance et les couleurs propres à chacun de ces temples excavés. Puisant aux sources de lumière naturelle, installant son trépied pour de longues poses, il voyage en pèlerin à travers les mille grottes du site sacré, à la rencontre de dix mille bouddhas. Dans l’objectif, les sages de pierres vibrent, ils semblent tressaillir à la manière des hommes dont on tire le portrait. La roche volcanique qui les a engendrés ronge à présent leur silhouette comme si elle voulait les reprendre en son ventre. L’activité humaine apparaît enchevêtrée à la nature.

©Chrisitan Dupré Switzerland-Himalaya2.jpg

Himalaya

Depuis trente ans, Christian Dupré parcourt la chaîne himalayenne en s’attachant à sa lumière. Photographe et guide de montagne, il en a tiré des milliers d’images. Des vues subjectives qui donnent aux vastes étendues des airs de paysages intérieurs. Ses photographies ne sont pas vouées à la reproduction du visible, elles suivent les traces d’un monde évanescent. Le travail du Gruérien est marqué par la question de la figuration: que nous disent ces massifs montagneux au-delà de la réalité sensible? Il en découle des images qui poussent parfois la dissemblance jusqu’à l’illisible. Là où commencent nos propres lectures. Les photographies de Christian Dupré invitent à saisir un éclat, des reflets. Le tirage sur papier népalais redouble cet effet. Le procédé révèle des mouvements et des caractères. Les œuvres s’imprègnent ainsi de reliefs où les montagnes entremêlent leurs crinières. L’Himalaya, la demeure des neiges, le toit du monde, ses glaciers, ses lacs et ses rivières, s’offrent alors comme un terrain de rêve. On y voit l’humain dans la pierre, la pierre dans le vent, le vent dans les cheveux qui nous revient en ricanant. Comme un mystère qui fait qu’on espère.

©Christian Dupré Du ciel 2.jpg

Du ciel

Cette réflexion sur le paysage se décline également à travers des photographies aériennes. Des vues du ciel, l’appareil rivé sur le hublot d’un avion long-courrier. L’image est ensuite travaillée dans le même ordre d’idée: brouiller les pistes et les repères, les confondre, pour mieux se perdre dans ces échappées abstraites. Face à elle, on se demande où on est. On arpente alors un paysage imaginaire.

©Christian Dupré Switzerland Une heure au musée 2.jpg

Une heure au musée

Enfin, le dernier projet sur lequel planche en ce moment Christian Dupré relève d’une approche plus ludique. Intitulé “Une heure au musée”, il consiste à prendre des photos dans les lieux d’exposition, au gré des envies, au fil des scènes qui s’y jouent. Partant du principe qu’après une heure le temps se fait sentir, Christian Dupré a trouvé le moyen de parcourir les lieux du savoir le cœur léger et l’œil vif. Il se donne ainsi soixante minutes pour capter la vie devant et derrière les vitrines muséographiques, l’émotion des visiteurs sous le regard des œuvres visitées.

Texte de Yann Guerchanik, journaliste



Expositions personnelles

2016               Tibet Museum, Gruyères

2016               Galerie la Distillerie, Bulle

2009               Triennale Altitude, Bulle

2008               LAAO, open air de photographies, Montreux

2006               Fondation du Château de Gruyères, Gruyères

2003               Galerie Ilford, Fribourg

1999               Musée Dar Batha, Fes Maroc

1999               Festival du film de Fribourg, Fribourg

1999               Galerie Trace Ecart, Bulle

1998               Galerie de la Cité universitaire, Neuchâtel

1989               Galerie Ilford, Fribourg

1988               ESG, Bulle

1988               Club 44, La Chaux-de-Fond

Ainsi que de nombreuses expositions en duo ou collectives dont voici les dernières

2019              INNER LANDSCAPE, exposition en duo, galerie Im Gjätt, Bern

2019               MAHF Musée d’art de d’histoire de Fribourg : MÉMOIRES VIVES, création contemporaine et patrimoine

2018               Galerie Trace Ecart, Bulle

ainsi que de nombreuses autres expositions.

Publications

Himalaya, les royaumes secrets, édition Mondo 1993

Revue Animan, divers reportages

Nikon News, collaborations